Le diagnostic

le-diagnostic-19888566

Diagnostiquer l’hypersomnie idiopathique n’est pas évident et demande parfois du temps.

Il faut en effet procéder à un diagnostic d’exclusion qui vise à exclure tout autre maladie du sommeil (apnées du sommeil, syndrome de mouvements périodiques des jambes, narcolepsie…).

De plus, le patient est amené à remplir différents questionnaires (heures de coucher et de réveil, échelle de somnolence d’Epworth, agenda du sommeil) afin de mesurer son degré de somnolence et sa durée de sommeil.

Enfin, un TILE (Test Itératif de Latence d’Endormissement) est réalisé en Centre du Sommeil. Il consiste à observer le patient sur au moins 24h. Un premier enregistrement a lieu la nuit et mesure différents paramètres par la Polysomnographie. Puis, au cours de la journée, 4 siestes sont proposées au patient et permettent de mesurer sa latence d’endormissement (celle-ci est inférieure à 8 minutes dans le cas d’une hypersomnie).

Tous ces éléments permettent d’écarter tout autre problème de sommeil ou pathologie et conduisent donc dans certains cas au diagnostic d’une hypersomnie idiopathique.

signature

 

 


Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s